Partager
Actualités
élémentaire

Après le tremblement de terre

Après le tremblement de terre
DR
Si la ville de Kobé ne porte plus trace de l’effroyable tremblement de terre qui l’anéantit en 1995, la mémoire de nombreux Japonais demeure hantée par la catastrophe, réalité vécue devenue métaphore du chaos du monde. Le Collectif Quatre Ailes a choisi de reprendre l’adaptation par Frank Galati de deux nouvelles de Murakami, pour donner aux spectateurs, jeunes et moins jeunes, l’occasion de voir la puissance des récits apportant forme et sens à l’impensable.

Le public est accueilli par un homme qui court de longues minutes sur un tapis de course, référence à l’auteur Haruki Murakami qui pense le marathon comme une façon d’échapper à son corps. Lorsque le noir se fait, cet homme s’assied derrière un bureau, tourne les pages d’un cahier dont les écrits et les dessins sont projetés sur le mur derrière lui : dix-neuf séquences vont alors transporter le spectateur dans un monde où se mêlent les temporalités et les faits qu’elles déploient, à la limite du fantastique. Cet homme est le narrateur, celui qui commente l’action et introduit les spectateurs à l’étrange récit raconté par Junpei, l’auteur d’histoires dont la petite Sala a besoin pour échapper à l’angoisse de la nuit et à ses cauchemars. Sala apparaît comme une héroïne de manga dans l’encadrement de la porte de sa chambre, ou, ailleurs, comme une marionnette numérique : elle est la fille de Sayoko et de Takatsuki. Sayoko, Takatsuki et Junpei formaient un trio d’étudiants en littératur...

Je crée mon compte et j'obtiens 10 crédits
J'y vais
0 commentaire(s)