Partager
Actualités
primaire

Des projets pédagogiques pour cheminer jusqu’à la journée de la Laïcité

projets pédagogigues, classe, élèves, laïcité, journée de la laïcité, mariannick dubois-lazzarotto, samuel paty, valeurs de la république, Marianne, cusinons républicain, mythes, religion
(c) Mariannick Dubois-Lazzarotto
Comment dépasser la sidération dans le contexte actuel ? Nous vous proposons de vous accompagner, en revenant aux fondements de notre métier, dans un projet résilient, au choix parmi trois propositions pédagogiques: « Cuisinons républicain », « Enquêtons sur l’origine du monde », « Soyons le visage de Marianne », de la rentrée de novembre à la fête de la laïcité, le 9 décembre. Cet éventail de projets peut être conduit avec les élèves, et partiellement leurs parents, de la fin de maternelle au début du collège.

Une "randonnée" menée ensemble 

Ne vous lancez pas seul dans la "randonnée" en incertitude, l’horizon n’est pas encore dégagé et il faut des équipements  pour arriver à l’étape sans s’égarer en route : nous vous en proposons sept, autour de partis pris méthodologiques clairs.

Voici donc des pistes vers la culture des autres, ces autres-nous-mêmes, à suivre avec vos élèves, à travers des mets partagés, des contes du monde à la veillée, et des engagements construisant obstinément, malgré les obstacles et les rencontres parfois fatidiques, un monde de liberté, d'égalité, de fraternité et de laïcité.

Pour dépasser la sidération 

Pour cette rentrée de novembre 2020, enseigner, c’est-à-dire selon notre code français de l’éducation (1), instruire et éduquer,  peut sembler mission impossible. En effet :

-comment instruire sans déconstruire les représentations spontanées de nos élèves, comme l’a fait la science vis-à-vis des anciennes conceptions du monde ?

-comment éduquer sans déstabiliser l’auto-centration naturelle et sans bousculer, parfois, les évidences culturellement héritées ?

Faudrait-il ne plus déranger, ni faire réfléchir sur les certitudes abusives et  certaines méconnaissances, par lesquelles nous avons pu nous–mêmes passer ? Faudrait–il attendre des réponses sécuritaires absolues ? Renoncer alors que l’école publique démontre tous les jours qu’elle tient bon et sait, malgré les dérives, qu’il ne faut plus masquer ni ignorer, créer les conditions du vivre ensemble, entre élèves de toutes origines et convictions, comme le démontre la récente enquête du CNESCO (2) ?

Gardons  des raisons d’espérer et n’attendons pas d’avoir tout réussi pour continuer !

Redonner une  parole claire  aux principes et au contrat de l’école publique

Les trois projets pédagogiques, proposés plus loin, reprennent d’anciennes traces valablement éprouvées: pédagogie du  projet, explicitation des enjeux auprès des élèves, démarche inclusive, apprentissages de méthodes autant que de contenus, co-éducation, association possible de collègues et partenaires, finalisation concrète à date arrêtée, publication/exposition faisant le lien entre l’école et la société.

Ils peuvent être menés avec les élèves, et partiellement  leurs parents, de la fin de maternelle au début du collège.

Leur  finalité: remettre en lumière et faire explicitement partager certains fondamentaux de notre école républicaine, sans lesquels elle ne peut ni fonctionner, ni construire les futurs citoyens libres, c’est-à-dire capables de penser par eux-mêmes, rationnellement. En quelque sorte, il s’agit de rappeler le contrat qui nous lie.

Ces projets pédagogiques son...

Je crée mon compte pour accéder à l'ensemble du dossier
J'y vais