Partager
Actualités
primaire

Entrainer le contrôle inhibiteur

En janvier dernier, nous vous avions proposé de participer à une recherche collaborative, en association avec le Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Éducation de l’enfant (LaPsyDÉ) pour entrainer le contrôle inhibiteur de vos élèves des cycles 1, 2 et 3. Nous sommes maintenant très heureux de communiquer les résultats que nous avons obtenus grâce à la communauté Lea.fr !

La première étape de ce groupe collaboratif avait pour objectif d’entrainer le contrôle inhibiteur des élèves, pour les rendre plus résistants face aux pièges qu’ils peuvent rencontrer dans leurs apprentissages. 75 enseignants ont accepté d’entrainer l’inhibition de leurs élèves 15 minutes par jour, 4 fois par semaine, pendant 4 à 6 semaines.

Nous sommes très heureux du nombre de retours que nous avons eu, mais aussi des remarques et des observations. Merci aux enseignants qui ont contribué à cette recherche collaborative ! L’implication et la rigueur investies dans cette recherche ont permis de faire un premier constat : oui il est possible de faire de la recherche scientifique en classe, par la seule présence de l’enseignant !

Retour sur la recherche menée

Pour chaque classe, nous avions demandé de répartir les élèves en deux groupes :

  • Le groupe expérimental qui faisait des activités entrainant le contrôle inhibiteur ;
  • Le groupe contrôle qui faisait des activités proches de celles du premier groupe, mais qui ne demandaient pas l’intervention du contrôle inhibiteur ;

Nous avons ensuite demandé d’évaluer chaque élève à deux reprises :

  • En pré-test (avant l’entrainement) pour connaître le niveau d’inhibition des élèves ;
  • En post-test (après l’entrainement) pour mesurer l’évolution des capacités inhibitrices de chaque élève ;

Résultats

Grâce aux retours qualitatifs et quantitatifs (les performances des élèves aux évaluations), nous avons pu observer deux choses. La première est que tout au long de l’entrainement les élèves ont apprécié les activités, se sont montrés participatifs et concentrés, et ont progressé au fil des semaines dans les activités qui leur ont été proposées. La deuxième c’est qu’on observe une belle et significative progression en inhibition des élèves qui ont suivi l’entrainement au contrôle inhibiteur (par rapport à ceux qui ont joué à des activités n’entrainant pas l’inhibition).

Pour imager ces résultats nous avons publié un graphique en pièce jointe. Il montre le coût d’inhibition des élèves en fonction du groupe (expérimental ou contrôle) et de l’évaluation (pré-test ou post-test). On observe qu'au pré-test, tous les élèves ont les mêmes résultats : c’est normal, nous avions demandé aux enseignants de répartir leurs élèves dans deux groupes...

Je crée mon compte et j'obtiens 10 crédits
J'y vais
6 commentaire(s)

Ils ont commenté...

mar, 01/10/2019 - 15:25
MarieLeaLaPsyDe - Psychologue
lun, 30/09/2019 - 22:03
ageneste - Enseignant(e)
mar, 26/03/2019 - 10:27
lun, 11/06/2018 - 20:50