Partager
Actualités
primaire

Les maternelles françaises plus chargées que les autres pays de l’OCDE

couloir d'école maternelle, bancs d'écoliers, cartables
© shutterstock / anna nahabed
Dans son rapport annuel, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) compare les systèmes éducatifs de ses 36 pays membres. Chaque enseignant de maternelle compte 23 élèves en moyenne et 16 si l’on compte les ATSEM.

L’école primaire, parent pauvre de l’éducation nationale ? La principale difficulté pointée dans le dernier rapport annuel de l’OCDE, sorti le 10 septembre dernier, concerne toujours les classes surchargées. Malgré un effectif moindre dans la tranche 3-5 ans entre 2014 et 2017, le nombre d’enfants par classe reste élevé en maternelle. Avec 23 élèves par enseignant, il dépasse de 7 enfants la moyenne des pays occidentaux. La France est le cinquième pays de l’OCDE où les classes sont les plus chargées derrière le Mexique, la Turquie, Israël et l’Argentine. Si on tient compte des ATSEM, le nombre descend à 16 enfants par adulte contre seulement 10 en moyenne dans les pays de l’organisation. C’est l’un des chiffres les plus élevés mais toutefois loin derrière la Colombie où chaque enseignant a 35 élèves.

Côté investissement, l’école primaire est moins bien lotie que ses collègues étrangères avec une dépense annuelle par élève en 2016 inférieure de 11% à la moyenne de l’OCDE.

Mais l’OCDE a aussi distribué des bons points en soulignant qu’en France, la quasi-totalité des enfants de 3 ans étaient inscrits à la maternelle, contre 77% en moyenne dans l’OCDE. Son rapport note également que 87% des enfants sont scolarisés en France dans des établissements publics contre 66% ailleurs dans l’OCDE. Ces chiffres seront peut-être en hausse dans les prochaines études de l’OCDE après les récentes mesures gouvernementales sur le pré-élémentaire : scolarisation obligatoire à 3 ans et classes dédoublées pour les élèves de grande section de maternelle.

Source : OCDE

Je crée mon compte et j'obtiens 10 crédits
J'y vais
0 commentaire(s)