Partager
Actualités
primaire

Travailler la lecture en CP avec l’IA, retour d’expérience

lecture en CP, IA,  Intelligence artificielle, expérience, Audery Seigneurin, classe, Lalilo, élèves
(c) Audrey Seigneurin
Enseignante en région parisienne, Audrey Seigneurin utilise un programme de lecture et de phonologie basé sur l’Intelligence Artificielle (IA) avec ses élèves. Elle apprécie qu’ils puissent travailler en autonomie sur une plateforme qui s’adapte à leurs besoins.

Ambassadrice du numérique dans l’Essonne, Audrey Seigneurin a été une des premières utilisatrices de Lalilo, en 2017, quasiment dès sa sortie publique. Cette professeure des écoles voit de nombreux avantages à cet assistant numérique à l’apprentissage du français, recommandé de la Grande Section au CE1. « Les exercices sont adaptés à chaque élève dès le test de positionnement en repérage de lettres et en phonologie qui définit leur point de départ », explique-t-elle.

Autre intérêt pour elle, l’autonomie procurée aux élèves. Comme elle est en Réseau d’éducation prioritaire (REP) et fait cours à 14 élèves, l’enseignante place les élèves par demi-groupe de sept, durant vingt à trente minutes. « Il y a trois ans, avec 27 élèves, je faisais des rotations par groupe de huit. »

Sur le plan pédagogique, le programme lui propose des informations importantes sur la maitrise de chaque enfant. « Une élève a travaillé sur les voyelles et le tableau de bord m’apprend qu’elle a eu 69% de maitrise en reconnaissance des lettres alors que l’objectif que j'attendais était d'au moins de 80%. J’ai constaté qu’elle a confondu des lettres assez proches ».

En fonction des résultats et du type d’erreurs commises, Audrey Seigneurin a ainsi constitué des groupes de besoins hétérogènes en tenant aussi compte de sa pratique de classe et ses observations. « Je n’ai pas ressenti la nécessité de créer des groupes plus homogènes car j’utilise la méthode des ceintures de compétences. Je crée le cadre et chaque élève choisit de commencer par le domaine qu'il souhaite, comme la phonologie ou la production d’écrit par exemple, en évoluant au sein de ce que je leur propose. Ils peuvent adapter leur parcours avec Lalilo qui s’inscrit bien dans ma démarche ». Elle prévoit dans ces groupes hétérogènes des élèves tuteurs pour venir en aide à leurs camarades.

Une autre perception du statut de l’erreur

Côté élèves, les avantages sont également nombreux. « Déjà, ils adorent les outils numériques et le côté attrayant et ludique de l'application fait mouche auprès d’eux », sourit Audrey Seigneurin. Ensuite, la plateforme les encourage et ils reçoivent un diplôme quand ils ont fini une série d’exercices. Petite nouveauté, l’interface prend en compte le ressenti de l’élève par rapport à un exercice, en lui demandant s’il l’a trouvé facile, ou bien difficile et s’il souhaite un exercice plus facile, identique ou plus difficile. De quoi renforcer l’implication, essentielle pour progresser dans un apprentissage. « Enfin, comme ils sont seuls face à l’écran avec un casque sur les oreilles, je vois vraiment comment ils travaillent par eux-mêmes. Ils se sentent plus libres car, en temps normal, ils ont peur de décevoir leur maîtresse et craignent un peu l...

Je crée mon compte pour accéder à l'ensemble du dossier
J'y vais
0 commentaire(s)